Les Jeunes Leaders du YLTP discutent sur le développement économique de Madagascar

L’économie est le moteur du développement. Elle définit notre mode de vie. Il est nécessaire qu’elle soit forte, respectueuse de l’équité sociale tout en préservant l’environnement.
La session 7 du YLTP 2019 sur l’économie durable fut une occasion pour les participants de s’imprégner des notions d’économie afin de les inciter à faire une analyse et une lecture économique des événements politiques, sociaux et environnementaux. Le volet développement personnel leur a donné des outils pour communiquer efficacement leurs idées et leurs positions.

Durant la première journée de la session, les participants ont été invités à assister et à intervenir à l’open space portant sur la « pression du changement climatique sur la biodiversité ». Une fois à Maibahoaka, Madame Domoina Ramanantseheno, maître de conférences en économie à l’université d’Antananarivo a présenté les bases de l’économie avant d’enchaîner sur la politique économique à travers les différents courants de pensée pour finir sur le concept de durabilité. Les participants étant des jeunes issus de divers horizons, ce fut pour certains la première confrontation avec un cours d’économie et avec la « manière de pensée » économique. Avec l’intervention de Monsieur Arnaud Baraka, Magistrat financier, les participants ont pu apprécier les généralités d’une politique d’émergence, qui correspond à la vision du régime actuel en matière de politique économique ; une politique qui doit correspondre aux besoins actuels de la population et s’orienter sur les objectifs à court et long terme de l’Etat, et en accord avec son orientation politique.

L’Economie durable est aussi une question de genre car le social fait partie intégrante des piliers qui la soutiennent. Cela nécessite la prise en compte de l’équité genre dans l’élaboration de budget. À travers des illustrations et des exercices, Dr Hanta Andrianasy, une spécialiste du genre a pu transmettre le concept aux participants.

La rencontre avec Amiraly Hassim, Président du SIM (syndicat des industries de Madagascar) a aussi marquée la soirée du 20 septembre. Il a parlé de son parcours personnel jusqu’à sa position actuelle. « Ce pays a besoin de nous tous, il n’y a rien qui devrait nous empêcher de le développer » at-il-martelé. Les échanges bien animés ont permis aux participants de prendre conscience de l’enjeu et de la nécessité de faire bouger les choses et de plaidoyer pour l’industrialisation de Madagascar.