Sélectionner une page

Une conférence-débat sur le « Velirano : un an après ? » qui a eu lieu le 19 Février 2020 à l’hôtel Centell Behoririka.

Rideau sur le premier Donak’Afon’ny TAnora de cette année qui s’est tenu à l’hôtel Centell Behoririka mercredi 19 février dernier. Les Yltipiens ont choisi d’attirer l’attention sur les avancements des ambitieux engagements du candidat devenu président de la République, Andry Rajoelina dans une conférence-débat intitulée « Velirano, un an après? ».

Parmi les panélistes figuraient le directeur de la communication de la Présidence Rinah Rakotomanga, le vice-président de la plateforme de l’opposition RMDM (Rassemblement des opposants de Madagascar pour la Démocratie) Alain Andriamiseza et le directeur exécutif de l’ONG Ivorary Hery Rason pour la société civile, le tout modéré par le rédacteur en chef de la revue Politikà et non moins Yltipien Andriamanambe Raoto. Un an après l’accession au pouvoir d’Andry Rajoelina, un premier bilan s’impose. La 16ième édition de la revue Politikà de la FES lancée ce même jour a d’ailleurs consacré sa Une à la première année civile du nouveau régime.

La conférence a attiré foule. Plus de 250 personnes, pour la plupart des jeunes, ont fait le déplacement pour participer à l’évènement qui a fait une salle comblée. A défaut de pouvoir parcourir les 13 engagements du président, le directeur de la communication a pu faire un survol des points saillants du programme à travers son intervention, les remarques de ses co-panélistes et les questions d’une assistance absorbée par le débat. Toujours selon cette porte-parole de la Présidence, la population se doit d’être patiente, de faire confiance au président de la République car les processus de changement ont commencé et que les « Velirano » se réaliseront durant ce mandat comme promis. Le représentant du RMDM a pu pour sa part réaffirmer la position de l’opposition dans l’échiquier politique actuelle tout en dénonçant l’impossibilité de l’opposition à exercer pleinement leur rôle de « contre-pouvoir » dans le régime actuel. Quant à lui, Hery Rason a défendu le rôle de la société civile dans un univers politique de plus en plus polarisé mais en même temps qui peine à faire adhérer les citoyens, les chiffres des participations aux dernières élections à l’appui.

Parce que les citoyens se doivent d’être conscients des enjeux pour comprendre la politique et les choses de la vie quotidienne, les Yltipiens poursuivront l’organisation régulière d’autres DATA cette année avec des thèmes variés. Ils sont convaincus que l’accès aux informations et aux différentes idées est nécessaire pour effectuer un jugement éclairé et pour exercer un droit de regard sur les politiciens du pays.