La cérémonie de lancement du Youth Leadership Training Programme (YLTP 2020) a eu lieu le mercredi 18 mars 2020 à 09h00, à l’Hôtel Carlton –Toit de Tanà à Anosy.

Chaque année le programme YLTP travaille avec une vingtaine de jeunes dans l’ambition de soutenir des leaders qui respectent l’éthique, de forger des meneurs et de préparer des décideurs qui pratiquent et véhiculent la culture démocratique.

Les plus grands défis en tant que « Tanora mivoy kolontsaina vao »

– C’est de véhiculer des nouvelles cultures, des nouvelles pratiques politiques et pratiques de gouvernance, malgré la pression des croyances et le poids des résistances. C’est voir et faire les choses de manière plus constructive, plus positive, le moins injuste possible, le plus éthique possible,

– C’est de résister aux tentations de cooptation et de capture par les réseaux clientélistes sur la base du népotisme et des pressions politiques. C’est de bannir de sa pratique toute forme de corruption et d’aliénation de son intégrité,

– C’est de développer des transactions plus équilibrées avec ses aînés – dits raiamandreny. C’est conclure des accords gagnant-gagnant avec ses partenaires nationaux et internationaux. C’est aller au-delà de ses compétences techniques en usant d’éthique, de créativité et d’audace,

– C’est sortir de l’anachronisme ambiant des stéréotypies C’est oser et innover !

Ecrire une nouvelle page…

Le concept de leadership est encore assez difficile à cerner car chacun d’entre nous a sa propre définition du sujet. Si certains d’entre nous associent le leadership à la motivation, au partage de vision commun, ou encore au fait d’inspirer les autres, d’autres l’associeraient plutôt au fait d’obtenir les bons résultats … c’est relatif … voilà pourquoi tout est complémentaire.

En ce 21ème siècle, pour le cas de Madagascar notamment, il faudrait réécrire l’histoire et véhiculer les valeurs d’un bon leader. La nouvelle génération de YLTP aura justement comme défi d’apporter un souffle nouveau, de combattre les inégalités et d’améliorer la situation du pays. La Friedrich-Ebert-Stiftung Madagascar, à travers cette nouvelle édition du YLTP, a donc comme objectif principal d’intégrer une nouvelle génération de jeunes leaders dans le pays et surtout de forger des futurs décideurs de demain.

Le YLTP, c’est aussi des rencontres et des échanges

Cette cérémonie de lancement a été une occasion pour les participants de cette nouvelle promotion de rencontrer les alumnis YLTP afin d’échanger sur les compétences acquises et les expériences vécues dans cette grande aventure. Une occasion également de rencontrer les différents formateurs, les marraines et parrains ainsi que d’autres personnalités issues de diverses organisations et institutions avant de débuter la première session de formation.

Des mots d’encouragements

Des discours inspirants et surtout encourageants ont été prononcés à l’intention des nouveaux participants au programme YLTP 2020 lors de la cérémonie de lancement.
Trois messages clés de Monsieur Constantin Grund, Représentant Résident de la Friedrich-Ebert-Stiftung à Madagascar ont été adressés à nos YLTPiens : « Soyez disciplinés. Un vrai leadership a le potentiel de devenir un vrai défi individuel : un leadership qui réussit confronte le leader aux éléments qui corrompent l’espèce humaine » – « Être leader veut dire être capable de vous entourer de personnes plus intelligentes que vous-même, et qui ne sont pas toujours d’accords avec vous. Vous pouvez être un grand guerrier, mais le leadership n’est pas défini par votre force, pas par votre niveau d’intelligence, pas par votre vitesse (…) » – « le leadership veut dire que des erreurs arrivent. Vous pouvez vous attribuer le mérite de toutes les choses que vous faites bien à condition que vous assumez aussi la responsabilité de tout ce que vous faites mal … ».

Monsieur Henri Rabarijohn, Gouverneur de la banque centrale de Madagascar, a clôturé la série de discours en partageant à tous, notamment à nos jeunes, les valeurs que nous devrions toujours véhiculer : « L’excellence : essayer de toujours bien faire ce que nous avons à faire – l’engagement : savoir s’engager pour ce qu’on estime être bon et bien pour nous même et la communauté – le respect de la parole donnée – et surtout l’intégrité qui n’est pas une « denrée rare » comme nous l’imaginons (…) ».