Apporter de la « lumière », par une transparence des procédures et des transactions, telle est la vocation de la convention de partenariat qui a été signée dans les locaux du Ministère de l’Energie et des Hydrocarbures (MEH). Pourrait-on espérer une amélioration de la qualité des services et une sécurité aux investissements dans le secteur Energie suite à ce partenariat ?
 
En effet, le secteur Energie enregistre une série de réformes afin de rattraper le retard énergétique de Madagascar, sachant que 16,6% de la population seulement ont accès à l’électricité actuellement. Sur la base des réformes menées, des stratégies appropriées et des mécanismes de contrôle permettraient d’instaurer des pratiques de transparence et de bonne gouvernance, de réduire, voire éviter les pratiques corruptives, notamment dans le secteur Electricité.
 
Pour la concrétisation de cette démarche, une convention a été signée le vendredi 21 Mai 2021 entre le Ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures (MEH), représenté par son Secrétaire Général, Monsieur Andrisoa Andriantongarivo, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO), représenté par son Directeur Général, Monsieur Laza Andrianirina, le projet Promotion de l’Electrification Rurale par les Energies Renouvelables de la Coopération allemande à Madagascar (GIZ-PERER), représenté par son Directeur Madame Monika Rammelt, et la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) en la personne de son Représentant-Résident Monsieur Constantin Grund.
 
Cultiver l’intégrité nécessitera l’identification et l’analyse des risques liés à la corruption dans le secteur Energie, la mise en place des structures anti-corruption (STAC), l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique Interne de Lutte Contre la Corruption (PILCC) ainsi que l’instauration des systèmes et procédures transparents, avec le leadership du MEH et avec la participation des acteurs concernés. Le MEH est ainsi l’acteur principal de ce processus de réformes et de lutte contre la corruption. Il assurera l’implication de ses démembrements concernés par ce projet, dont l’ORE, l’ADER et la JIRAMA, tandis que le BIANCO, avec son nouveau Mode Opératoire “Faire-Faire” (MOFF) l’accompagnera et l’appuiera. La GIZ-PERER, apportera une partie des ressources nécessaires pour la bonne exécution du projet, et la FES contribuera dans la promotion du dialogue entre les acteurs et dans la diffusion des informations.
 
La convention prend effet dès sa signature et prendra fin au mois de mars 2022. Parmi les effets escomptés, une égalité de traitement de tous les opérateurs et une concurrence libre et loyale, afin de motiver les acteurs, également une amélioration de la qualité des services dans le secteur Eléctricité, et surtout des citoyens éduqués adoptant une attitude intolérante à la corruption, aux infractions assimilées et à toutes autres formes de malversation.