Dans le cadre du Projet « Consolider et accélérer les acquis de la paix à Madagascar (CAPMADA) », une étude du cadre juridique de la situation d’exception liée à la pandémie de la Covid-19 est menée depuis un certain temps. Une première démarche, grâce à une conférence menée le 20 mai 2021 dernier sur « Quel Etat d’urgence sanitaire pour Madagascar ? Respect de l’Etat de droit et protection des libertés publiques dans le cadre d’une situation d’exception », nous a permis d’avoir une première ébauche de recommandations émanant de plusieurs entités. Mais les études et les réflexions se poursuivent.

Le vendredi 09 juillet 2021 a eu lieu un atelier présentation des résultats et des recommandations intermédiaires. Il a également permis la participation de plusieurs acteurs à des échanges en vue d’aboutir à des recommandations finales consolidées. Une initiative menée par l’Association Nationale pour la Justice Administrative (ANJA) en collaboration avec la Friedrich-Ebert-Stiftung à Madagascar et le projet CAPMADA du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

L’atelier a été ouvert officiellement par des personnalités dont Monsieur Rajaona Andriamanankiandrianana, Premier Président de la Cour Suprême ; Madame Ny Aina Rafenomanantsoa, députée de Madagascar et rapporteur général adjoint de l’Assemblée Nationale ; Monsieur Constantin Grund, Représentant Résident de la FES et Madame Natacha Van Rijn, Représentante Résidente du PNUD.

Des travaux de groupe ont eu lieu avec la participation d’experts, de consultants, … issus de plusieurs entités à l’exemple du Conseil d’Etat, des Forces de Sécurité (FDS), du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC), du PNUD, … Les échanges étaient riches et les participants étaient particulièrement motivés lors des travaux de groupe. Des recommandations finales en vue de l’amélioration du cadre juridique de l’état d’urgence sanitaire sont attendues à l’issue de cet atelier pour diffusion aux autorités concernées.

X
X