Antananarivo le 24 mai 2022,

Sous le haut patronage du Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Madame Gisèle Ranampy, la Direction Générale de la Promotion de l’Emploi et la Direction Générale de la Présidence en charge des Projets Présidentiels (DGPP), en partenariat avec la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) à Madagascar, ont organisé une table ronde « Création d’emplois, défis et bonnes pratiques ».

Des défis à relever

Le secteur de l’emploi à Madagascar est vulnérable. Près de 80% de la population ont des emplois précaires et non productifs. Le marché de l’emploi reçoit  un demi-million de jeunes chaque année mais avec une faible employabilité. du fait du faible niveau d’instructions ou du fait de l’inadéquation formation emploi. Une étude menée par Dr Herinjatovo Ramiarison montre que seuls 5% des jeunes parviennent à décrocher un emploi fixe et près de 70,6% des offres d’emplois ne trouvent pas les profils adéquats. D’où la recrudescence des emplois précaires et donc non productifs. Les défis principaux résident donc dans la création d’emplois décents pour tous et l’accroissement de l’employabilité.

C’est dans ce cadre que la table ronde de ce jour a été organisée avec la participation de plusieurs entités qui pourraient être concernés par le sujet dont principalement le ministère du Travail de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales (MTEFPLS), la DGPP, les Syndicats, l’Assemblée Nationale, le secteur privé, la société civile et les Partenaires Techniques et Financiers.

« La synergie de tous les acteurs est gage réussite », lance Madame Gisèle Ranampy, ministre du Travail de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois sociales. Lançant officiellement l’évènement, elle indique que les bonnes pratiques issues de la table ronde « constitueront un guide et une aspiration pour toutes les entités désireuses d’intervenir dans les domaines de la création d’emploi ». Pour sa part, M. Constantin Grund, Représentant Résident de la FES estime que le « défi pour Madagascar est de définir son modèle économique et ses priorités d’investissement afin que le réservoir de main d’œuvre cesse d’être un fardeau et se transforme en moteur de croissance économique et de développement social ».

Investir dans l’humain

Le Dr Herinjatovo Ramiarison a justement détaillés les principaux points de son étude lors de la table ronde, une étude réalisée en 2021 avec l’Economic Competence Center (EPCC) de la FES. Il attire l’attention sur la nécessité de changer les fondamentaux en passant de l’objectif de survie qui prévaut actuellement à un objectif de prospérité économique. « Il ne faut plus se contenter d’un objectif de survie. Un gouvernement fort et un secteur privé dynamique, c’est ce qui manque dans notre pays depuis son indépendance ».

L’évènement était l’occasion pour M. Augustin Andriamananoro Directeur Général de la Présidence en charge des Projets Présidentiels (DGPP) de présenter les acquis des Projets présidentiels en matière d’emploi. Il a souligné à cet effet la nécessité « d’investir dans l’humain notamment dans les jeunes ».

M. Jerson Razafimanantsoa, Secrétaire Général, MTEFPLS est ensuite intervenu pour évoquer les politiques menées actuellement sur le front de l’emploi. S’attardant sur le taux de chômage relativement bas dans les statistiques officielles, il avance que « la majorité des malgaches a une occupation. La lutte n’est pas contre le taux de chômage en soi mais plus contre la précarité de l’emploi ». Autre intervenant, M. Andrianainarivelo Mahandrimanana, Directeur du Centre National de Formation Pour les Personnes en Situation de Handicap (CNFPSH) au sein du ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (METFP). Ce dernier a détaillé les actions entreprises pour l’employabilité des personnes en situation de handicap. « L’idée est de former pour insérer. Les formations dispensées se concentrent sur le côté pratique », soutient-il. La journée s’est terminée par un exposé de Faiçal Siddikou Boureima, spécialiste de l’économie bleue et des emplois verts de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Intervenant sur le thème de la création d’emplois dans le contexte de changement climatique, il a indiqué que Madagascar présente des atouts pour la création d’emplois verts. Pour cela il a notamment identifié la gestion des déchets. « Si les démarches appropriées sont mises en place, les 3.500.000 tonnes de déchets produits à Madagascar peuvent être transformées en opportunité de création.

X
X