« Les difficultés économiques chroniques que Madagascar connaît depuis des dizaines d’années sont caractérisées entre autres par la situation catastrophique de l’emploi et la précarité des conditions des travailleurs … Dans un tel contexte, il est difficile de détourner le regard du secteur textile, habillement, chaussures et cuir, qui comptant 265 entreprises franches opérationnelles en 2020, avec leurs 200 000 emplois créés, et considéré comme un des principaux pourvoyeurs d’emploi pour des travailleurs à faible employabilité. Notamment en raison du déséquilibre du marché du travail, il importe de prêter attention à certains aspects cruciaux de la vie des travailleurs, tels que les conditions générales de travail, y compris la sécurité et la santé au travail, la sécurité sociale, le respect des droits humains fondamentaux au travail. Le rôle des syndicats est alors central, étant donné que les travailleurs souvent en perte de repères ont besoin d’un accompagnement renforcé, tandis que, pour l’employeur, avoir un interlocuteur à la hauteur s’avère incontournable dans un contexte où un dialogue social de bonne qualité s’impose de plus en plus comme une nécessité vitale (…) »

Il y a moins de 10 usines qui produisent pour les marques mondiales liées aux GFA et à l’ACT et une trentaine d’usines qui pourraient être sensibles au maintien de l’image des marques en tant que producteurs pour l’Europe et les États-Unis. Ces usines sont les principaux employeurs du secteur TGSL (Textile Habillement, Chaussures et Cuir) Madagascar avec 2 à 5 usines appartenant au même propriétaire …

C’est dans ce contexte que La Friedrich-Ebert-Stiftung appuie IndustriAll dans sa démarche de concrétisation du travail syndical dans des entreprises ciblées à Antananarivo et Antsirabe. Une étude dont l’objectif principal est de consolider le dialogue social dans les usines produisant pour les marques mondiales citées précédemment et qui permettent aux syndicats de définir les stratégies pour renforcer leur présence et leur capacité, a été ainsi menée.

L’enquête, réalisée principalement par Noro Lalao Rahoeliarijaona (Collecte de données) et Heriniaina Ramanitrarivo (Rédaction du rapport), est divisée en trois grandes parties :

  • Un compte rendu de l’approche méthodologique
  • La restitution des résultats des investigations réalisées
  • Quelques recommandations tirées des principaux problèmes que ces investigations ont mis au jour

Ces rapports sont disponibles en lecture et en téléchargement, en version française et anglaise, ci-dessous:

1/ Résumé exécutif VFr

2/ Résumé exécutif VEng

3/ Rapport complet VFr

4/ Rapport complet VEng

X
X