Contrôle parlementaire: Des outils à la disposition des présidents des commissions et des groupes parlementaires

Contrôle parlementaire: Des outils à la disposition des présidents des commissions et des groupes parlementaires

Les Présidents des commissions et des groupes parlementaires au sein de l’Assemblée Nationale ont bénéficié d’une formation sur le leadership politique et les outils de contrôle parlementaire. Cette formation a eu lieu les 27, 28 et 29 octobre dans la capitale de la Région Vakinankaratra, Antsirabe.

En effet, le Législatif fait partie des piliers de la démocratie. A part son rôle représentatif, il propose et vote des lois qui répondent à l’intérêt général, avance des améliorations aux projets de loi émanant de l’Exécutif. Mais surtout, il lui incombe d’exercer des contrôles sur les actions du gouvernement.

Justement cette formation, qui rentre dans le cadre du projet parlementaire entre la Friedrich-Ebert Stiftung (FES) et l’Assemblée Nationale, a pour objectif de renforcer les capacités des présidents des commissions et des groupes parlementaires dans la conduite de cette mission de contrôle. Dans cette optique, des outils ont été présentés durant la formation, avec des illustrations du système de contrôle parlementaire allemand au sein de Bundestag.

Mais ce n’est pas tout. Les questions relatives aux systèmes, idéologies, les institutions politiques ont été largement abordées durant la deuxième journée.

Rappelons que le contrôle du gouvernement par le Parlement est une mission constitutionnelle. Poser des questions lors de la séance des questions-réponses aux membres du gouvernement, suivre de près les actions de ce dernier et demander des comptes relèvent de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Mais par-dessus tout, cet atelier a été une occasion pour les participants de partager leurs expériences en leadership dans l’administration publique et de faire le point sur certains axes du développement personnel.

CUA : Renforcement de capacités sur les actes municipaux, leurs contrôles et le contrôle de légalité

CUA : Renforcement de capacités sur les actes municipaux, leurs contrôles et le contrôle de légalité

Près d’un mois après le premier renforcement des capacités des conseillers municipaux de la CUA, ils se sont de nouveau retrouvés à l’hôtel Ibis Ankorondrano pendant deux jours, les 19 et 20 octobre. Cette fois, le statut particulier de la CUA était placé au centre des échanges.

En effet, selon l’article 9 de ce statut particulier, la CUA est chargée, entre autres, du transport, de la gestion de voirie, d’assainissement et d’hygiène, de la gestion de l’eau et de l’éclairage public et de veiller au respect des textes relatifs à l’urbanisme. Une formation qui s’allie à la promotion du Code Municipal d’Hygiène (CMH).

Par ailleurs, les conseillers municipaux se sont également penchés sur des questions techniques qu’ils doivent maîtriser. Il s’agit, en l’occurrence, des rôles et des fonctions de l’organe délibérant de la commune, déjà abordés lors de la première vague.

Aussi, ont-ils approché les actes des autorités communales et des contrôles y afférents. Selon l’article 23 du statut particulier en question, il incombe au Maire de la CUA d’effectuer un contrôle de régularité des actes pris au niveau des arrondissements municipaux.

Par contre, le contrôle de légalité des actes pris par la CUA s’effectue a posteriori par le Préfet de police d’Antananarivo, selon les dispositions de l’article 40.

Le mécanisme autour du budget programme a été également abordé lors de cette formation.

Rappelons que la première vague de renforcement des capacités des conseillers municipaux de la CUA a eu lieu les 22 et 23 septembre derniers, toujours à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Elle s’effectue dans le cadre du partenariat entre la CUA et la Friedrich Ebert Stiftung (FES).

YLTP Session 6 : La sécurité sanitaire, humaine et les relations internationales en période de Covid19

YLTP Session 6 : La sécurité sanitaire, humaine et les relations internationales en période de Covid19

« Le monde depuis la Covid19, est-ce le même ? ». C’est le thème de la session 6 du YLTP qui s’est déroulé du 15 au 17 octobre à la Maison Sacré Cœur Ambolokandrina.

Pour cette session, les participants ont eu un regard croisé entre les questions relatives aux sécurités sanitaires et humaines, ainsi que l’évolution des paradigmes et des pratiques engendrées par le coronavirus.

Les épidémies et pandémies ont alimenté les échanges durant la première journée. En effet, le point focal Urgences de l’OMS, le Dr Gilbert Tshisuaka, a survolé les épidémies qui existent dans le monde. Son intervention a été enchaînée par celle de l’ancien ministre et Professeur en Epidémiologie, Monsieur Julio Rakotonirina, qui a passé en revue les différentes sortes d’épidémies auxquelles est exposé Madagascar. Dans cette optique, l’Ambassadeur de Suisse à Madagascar, SEM Chasper Sarott, a abordé avec les participants les changements que va impacter la crise sanitaire liée au coronavirus sur la Suisse, devenue le centre international.

Durant la deuxième journée, l’ancien ministre de la Défense Nationale, le Général Dominique Rakotozafy, s’est focalisé sur la défense, la sécurité humaine et sanitaire, ainsi que la gouvernance. Le Secrétaire Général de ProLeague, le Yltpien Mirado Rakotoharimalala s’est étalé sur les impacts financiers du Coronavirus sur le sport, étroitement touché par cette pandémie.

A part les questions sanitaires, la session 6 du YLTP est axée sur l’intégration régionale en temps de Covid19. Par ailleurs, le coach en développement personnel, Monsieur Andry Rakotonanahary, dévoile les techniques de négociations aux participants, sans oublier la communication politique qui va de pair avec les négociations, l’intégration régionale et les relations internationales, le leadership ou encore la défense et la gouvernance.

Dans cette optique, les participants au YLTP 2020 ont été reçus par le ministre des Affaires Etrangères, S.E le Dr Djacoba Tehindrazanarivelo à Anosy. Les participants ont pu échanger et partager avec le Ministre sur les qualités de leaders et serviteurs du pays dans la fonction ministérielle. Les participants en sont sortis plus inspirés et informés sur la position de Madagascar par rapport à sa politique étrangère, l’intégration régionale et les coopérations internationales de réponse à la pandémie de COVID-19.

Global Green Deals Forum

Global Green Deals Forum

Sociale – Démocratique – Respectueux du climat

 

Notre planète se dirige vers un effondrement climatique. La paix, la liberté et la prospérité dans le monde dépendront à l’avenir du respect des limites écologiques. Pour y parvenir, nous devons changer fondamentalement notre mode de vie. Mais à quoi ressemble un revirement écologique qui soit également socialement juste? Quelles sont les approches qui réussissent déjà aujourd’hui – en Allemagne, en Europe, dans d’autres régions du monde? Pouvons-nous même parvenir à un juste équilibre mondial? Nous en discuterons avec des représentants de la politique, des syndicats, des entreprises, de la science et de la société civile – et avec vous.

Le 1er octobre 2020 au Global Green Deals Forum de la Friedrich-Ebert-Stiftung, de la Fédération des syndicats allemands (DGB), de la Climate Alliance Germany et du Olof Palme International Center.

 

Par ailleurs, le changement climatique a des effets dévastateurs en Afrique. […] Comment l’Afrique pourrait-elle réaliser une véritable transformation et devenir un modèle pour une transformation à long terme – et socialement juste – dans le monde ? Zoom sur le laboratoire du 01 Octobre 2020 à 15h30 sur le thème : « Sortir du piège – voies de développement et justice climatique en Afrique » où nous verrons la participation de :

  • Marie Christina Kolo, Co-fondatrice du Réseau Climat Océan Indien_Madagascar,
  • Mithika Mwenda, Directeur exécutif de l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (PACJA),
  • Constantin Grund, Représentant Résident FES Madagascar et également Coordinateur des politiques climatiques en Afrique au sein de la FES; qui assurera la modération de la discussion.

Enregistrements ici: https://www.fes.de/t3php/vera_nform.php?Veranummer=249512

 

Vous trouverez le programme complet au lien suivant https://www.fes.de/en/global-green-deals/program et toutes autres informations au https://www.fes.de/en/global-green-deals

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) réalise une série de formations de ses cadres et agents sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH) avec l’appui de la FriedrichEbert-Stiftung (FES).

Le mardi 22 septembre 2020 a démarré la première formation des cadres et formateurs de la CUA à l’hôtel de ville Analakely portant sur les modalités d’application de ce nouveau code. La formation est assurée essentiellement par trois Directions de la CUA, celle en charge des affaires juridiques, celle en charge de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, et celle en charge de la Police Municipale. En outre, la Cellule en charge de la Bonne gouvernance à la CUA, ainsi que la Direction territoriale du BIANCO Analamanga se pencheront particulièrement sur les questions de prévention de la corruption. Les facilitateurs dispenseront des sessions de développement personnel en matière d’accueil, de gestion de conflits et de méthodes interactives de formation.

Une vingtaine d’autres activités de formation et d’information à l’intention des acteurs locaux et des citoyens de la ville s’ensuivront durant les deux prochains mois. Ainsi les agents verbalisateurs issus de la CUA et d’autres entités en charge de l’ordre public y participeront. Les corps des métiers du transport, du commerce et de la manufacture, ainsi que les usagers des points d’eau auront également l’occasion de discuter du contenu et des procédures d’application du CMH avec les responsables de la commune.

Le Code Municipal d’Hygiène de la CUA date de 2013 et a connu des amendements cette année 2020, compte tenu du contexte de la pandémie de la COVID-19. Les principes d’hygiène et d’assainissement qui y sont développés se réfèrent à l’Arrêté n° 1268-SAN du 16 juillet 1960 fixant les conditions de fonctionnement du service de police sanitaire générale dans les communes. Les montants des sanctions sont fixés par le Budget primitif 2020 de la CUA, dont des exemplaires sont mis à disposition des citoyens au niveau des fokontany et des autres bureaux administratifs de la Commune.

Selon l’art. 93 de l’Arrêté Municipal n°826/13 du 27 août 2013, modifié et complété par les arrêtés municipaux n° 2109/20 du 12 mars 2020 et n° 260 du 25 mai 2020, portant Code municipal d’hygiène applicable dans le périmètre de la Ville d’Antananarivo, « Le respect des droits humains et du droit de la défense, ainsi que l’inviolabilité des propriétés individuelles restent le principe dans l’application du présent arrêté. »

Directeur de la Communication 
CUA