Le défis de l’hygiène à Antananarivo

Le défis de l’hygiène à Antananarivo

Nous mettons à votre disposition ici pour consultation et/ou téléchargement les livrables suivants :

 

Retrouvez ici également toutes les affiches, les panneaux ainsi que les spots relatifs au CMH. Vous avez ainsi la possibilité de les visionner/consulter à tout moment.

 

                                 

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) réalise une série de formations de ses cadres et agents sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH) avec l’appui de la FriedrichEbert-Stiftung (FES).

Le mardi 22 septembre 2020 a démarré la première formation des cadres et formateurs de la CUA à l’hôtel de ville Analakely portant sur les modalités d’application de ce nouveau code. La formation est assurée essentiellement par trois Directions de la CUA, celle en charge des affaires juridiques, celle en charge de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, et celle en charge de la Police Municipale. En outre, la Cellule en charge de la Bonne gouvernance à la CUA, ainsi que la Direction territoriale du BIANCO Analamanga se pencheront particulièrement sur les questions de prévention de la corruption. Les facilitateurs dispenseront des sessions de développement personnel en matière d’accueil, de gestion de conflits et de méthodes interactives de formation.

Une vingtaine d’autres activités de formation et d’information à l’intention des acteurs locaux et des citoyens de la ville s’ensuivront durant les deux prochains mois. Ainsi les agents verbalisateurs issus de la CUA et d’autres entités en charge de l’ordre public y participeront. Les corps des métiers du transport, du commerce et de la manufacture, ainsi que les usagers des points d’eau auront également l’occasion de discuter du contenu et des procédures d’application du CMH avec les responsables de la commune.

Le Code Municipal d’Hygiène de la CUA date de 2013 et a connu des amendements cette année 2020, compte tenu du contexte de la pandémie de la COVID-19. Les principes d’hygiène et d’assainissement qui y sont développés se réfèrent à l’Arrêté n° 1268-SAN du 16 juillet 1960 fixant les conditions de fonctionnement du service de police sanitaire générale dans les communes. Les montants des sanctions sont fixés par le Budget primitif 2020 de la CUA, dont des exemplaires sont mis à disposition des citoyens au niveau des fokontany et des autres bureaux administratifs de la Commune.

Selon l’art. 93 de l’Arrêté Municipal n°826/13 du 27 août 2013, modifié et complété par les arrêtés municipaux n° 2109/20 du 12 mars 2020 et n° 260 du 25 mai 2020, portant Code municipal d’hygiène applicable dans le périmètre de la Ville d’Antananarivo, « Le respect des droits humains et du droit de la défense, ainsi que l’inviolabilité des propriétés individuelles restent le principe dans l’application du présent arrêté. »

Directeur de la Communication 
CUA

Renforcement de capacités des élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo

Renforcement de capacités des élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo

Dans le cadre de leur partenariat, la Friedrich-Ebert-Stiftung Madagascar (FES) organise à l’intention des Conseillers Municipaux nouvellement élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) un atelier de formation les 22 et 23 septembre 2020. L’ouverture de l’atelier de formation a eu lieu ce jour à l’hôtel Ibis Ankorondrano en présence de Monsieur Constantin Grund, Représentant Résident de la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung à Madagascar, de Monsieur Ralitera Andriamparany Guy, Président des Conseillers Municipaux de la CUA et des Conseillers Municipaux de la CUA.

Pour une bonne gouvernance : harmonisation entre l’organe exécutif et l’organe délibérant

Si les conseillers municipaux représentent également les électeurs en répondant aux besoins de la collectivité, d’une part, ils sont amenés à contribuer à l’élaboration de la politique municipale en votant le budget préparé par le Maire, et en décidant des services publics municipaux. D’autre part, l’organe exécutif représenté par le Maire et son équipe est en charge d’assurer le respect des lois et règlements et de proposer un plan de développement en mettant en exécution sa vision. Ces rôles bien distincts requièrent un dialogue ponctuel entre les organes et surtout le respect de la séparation des pouvoirs.

Des thématiques en adéquation aux besoins des conseillers municipaux 

La séparation des deux organes requiert un savoir et un savoir-faire appropriés, tant la complexité des problèmes à résoudre dans un contexte de rareté de ressources oblige à l’efficacité et à l’efficience. C’est dans ce contexte que la Commune Urbaine d’Antananarivo et la Friedrich-Ebert-Stiftung Madagascar compte mettre en œuvre des activités de Renforcement de Capacités des Responsables municipaux (Surtout les Conseillers d’Antananarivo). Les Conseillers Municipaux nouvellement élus se doivent d’être opérationnels à leur nouvelle fonction. La formation abordera des thématiques relatives au cadre juridique, au paysage institutionnel et tout ce qui concerne l’organe délibérant et l’organe exécutif dans le cas de la CUA. Le renforcement de capacité des Conseillers Municipaux va également se pencher sur les actes de la commune et leurs contrôles.

                                           

Lancement du Code Municipal d’Hygiène

Lancement du Code Municipal d’Hygiène

La Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et la FriedrichEbert-Stiftung (FES) s’accordent d’associer leurs efforts pour la modernisation de la Ville d’Antananarivo.

La matinée du jeudi 17 septembre 2020 a eu lieu la signature de la convention de partenariat à la Salle d’Apparat de l’Hôtel de ville, en présence de Monsieur Naina Andriantsitohaina – Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Son excellence Monsieur Michael Derus – Ambassadeur d’Allemagne à Madagascar, Monsieur Constantin Grund – Représentant Résident de la FES, le Général Angelo Ravelonarivo  – Préfet de Police d’Antananarivo et bien d’autres honorables invités.

En l’occasion, des donations ont été remises pour la promotion du Code municipal d’hygiène (CMH) auprès des habitants de la ville et de ses visiteurs :

  • 28672 supports d’information ;
  • une centaine d’unités de mobilier mis à la disposition du Bureau municipal d’hygiène pour ses activités de formation ;
  • 220 exemplaires du Budget de la CUA – Exercice 2020, consultables par les citoyens auprès des bureaux administratifs de proximité.

En outre, une vingtaine d’activités de formation et d’information sur le CMH seront réalisées à l’intention des agents de la CUA et des citoyens de la ville. Les élus municipaux bénéficieront également d’une formation sur leurs rôles et fonctions et un guide des élus est en cours d’élaboration.

Pour la Commune, l’hygiène et l’assainissement ont été au centre des défis durant ces dernières décades. La peste dans ses formes buboniques ou pulmonaires survient annuellement de manière sporadique ou en épidémie. Et la présente pandémie de la Covid-19 a augmenté de plusieurs crans la pression pour un système plus performant en matière d’application du CMH, se traduisant par des impératifs logistiques, des défis organisationnels et des changements de pratiques.

« Nous avons rêvé pour Antananarivo d’une ville propre, lumineuse, sécurisée, moderne et digne. Les citoyens d’Antananarivo ont trop longtemps vécu dans le désordre, la corruption, les embouteillages, les constructions illicites, l’insécurité et le non-respect de la loi. Il est temps de rétablir la fierté de notre ville, la Capitale de Madagascar » dixit, Naina Andriantsitohaina, Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Fahefana tokana, kandidà dimy

Le débat à l’hôtel de Ville a été le théâtre de joute oratoire entre les candidats pour la mairie d’Antananarivo

Le débat entre les candidats pour être le Maire de la Ville d’Antananarivo a été l’une de ces rares occasions de voir apparaître les cinq prétendants pour parler de leur vision, leur programme mais surtout des solutions concrètes pour rendre à la ville des milles sa beauté et sa fierté d’antan.

Modéré par Abraham Razafy (TVplus) et Dr. Hanta Andrianasy (FES), ce débat qui s’est tenu le 14 novembre à l’hôtel de Ville d’Antananarivo a été le théâtre de joute oratoire entre les candidats qui n’ont pas dit les choses à demi-mots. L’assistance a pu se faire une idée sur chaque profil des candidats allant d’un candidat qui se dit pouvoir sortir Antananarivo à partir de « rien », jusqu’à un candidat qui par son programme de 4 ans, veut faire le « pacte » de sortir Tana de sa misère.

La salle des conseils de l’hôtel de ville a été comble et l’effervescence des sympathisants se ressentait. Mais les chaises remplies n’empêchaient pas non plus le grand public de regarder une diffusion simultanée dans le hall. Le débat a été modéré de manière à ce que les candidats ont pu successivement parler de leurs visions et leurs valeurs, le contenu de leurs programmes et leur réalisation, l’application de la redevabilité aux élus en rapport avec la population, leur stratégie pour instaurer une collaboration effective entre le CUA et l’Etat central en ce qui concerne le financement et les prises de décision.

Pour chaque argument avancé, les messages des prétendants à la magistrature de la ville reflètent déjà leur priorité. Le candidat Eliace Ralaiarimanana aimerait que les prises de décision doit se faire d’une manière ascendante à commencer par les Fokotany. Le candidat Rina Randriamasinoro veut une meilleure gestion au niveau de l’administration de la CUA en élaborant et appliquant un manuel de procédure. Pour résoudre les problèmes de circulation, le candidat Alban Rakotoarisoa opte pour la délocalisation des marchés éphémères dans chaque fokontany. Expliqué dans son « velorano », le candidat Naina Andriantsitohaina veut prouver à la population d’Antananarivo que les projets communaux peuvent très bien se compléter aux projets présidentiels avec une harmonisation des actions entre l’Etat central et la CUA. Enfin pour le candidat Feno Harison Andrianjoelina il est impératif de faire un audit sur les quelques milliards d’Ariary que la CUA a utilisée à mauvais escient selon lui, c’est seulement à partir de cela qu’Antananarivo puisse commencer à se reconstruire.


RFI 15.11.2019: Madagascar: débat télévisé pour les cinq candidats à la mairie d’Antananarivo

 

À qui le trône de la CUA?

À qui le trône de la CUA?

Antananarivo est dans une situation de détresse. Peut-être ne le voyons-nous pas parce que nous sommes tellement habitués au laxisme, au marasme ambiant, à l’insalubrité… mais un petit recul et une vision détachée nous permettent de constater le chaos qui règne dans la capitale malgache. La ville est désordonnée, la circulation est chaotique, le moyen âge côtoie un semblant de modernité par-ci, par-là. Plus les décennies défilent, plus la situation se détériore. La pression démographique et les politiques laxistes ont eu raison de la capitale de Madagascar, la plus grande ville de l’océan Indien. Le prochain maire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), ainsi que les conseillers municipaux, auront la lourde tâche de remettre à flot la capitale de Madagascar, asphyxiée et en proie à des obstacles multiples pour son développement.

Être maire est une noble mission. Le maire, en tant que premier magistrat de la ville, a pour mission de satisfaire les besoins quotidiens de la population. En ce qui concerne Antananarivo, la capitale de Madagascar, le prochain maire aura surtout pour tâche de résoudre les nombreux problèmes de la capitale, le premier desquels est, selon un sondage exclusif commandité par la FES et conduit par l’agence ATW, la gestion des déchets et ordures. Selon un des candidats à la mairie, Antananarivo a été la capitale phare de l’Afrique de l’Est à bien des égards ; le prochain maire pourra-t-il faire retrouver à la capitale cette renommée d’antan ?

Vous trouverez dans le nouveau numéro de Politikà, dont le thème principal sont les élections communales de novembre, les résultats de ce sondage exclusif, une présentation de quelques candidat(e)s à la mairie et au conseil communal, parmi lesquels figurent beaucoup de jeunes ; et le grand oral de 3 candidats à la mairie de Tana : Naina Andriantsitohaona, Alban Rakotoarisoa et Ny Rina Randriamasinoro, sur leurs projets pour faire d’Antananarivo une capitale du 21ème siècle dont seraient fières toutes les franges de sa population. Parmi les autres thèmes figurent un interview de Gérard Andriamanohisoa, premier responsable du projet Tana-Masoandro, la question des gouverneurs, la peste qui est toujours là. Bonne lecture!

Voir aussi: Fahefana tokana, kandidà dimy: Visions, idées, projets pour Antananarivo-Renivohitra. Le grand débat entre les candidats, organisé par la Fondation Friedrich Ebert, le 14 novembre à partir de 15h30 à l’Hôtel de Ville d’Antananarivo.