Commune Urbaine d’Antananarivo, un grand pas pour le Genre à Madagascar

Commune Urbaine d’Antananarivo, un grand pas pour le Genre à Madagascar

Pourquoi faut-il considérer la dimension genre au niveau des services publics, des décisions et du travail en général au sein de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA)? C’est pour garantir l’égalité de chance, l’équité et la justice sociale de toutes catégories de personnes, de professions ou de confessions religieuses issues de diverses catégories socio-économiques.

Dans ce cadre, la CUA élabore un document de politique Genre avec l’expertise de SiMIRALENTA et en partenariat avec la Friedrich-Ebert-Stiftung. Il s’agit d’un outil politique permettant de mettre en place les conditions nécessaires pour l’égalité de chances et l’équité parmi les hommes et les femmes issus des diverses catégories socio-culturelles, professionnelles, … Cette initiative s’inscrit dans une perspective d’égalité de Genre, de bonne gouvernance et de justice sociale et rejoint l’esprit de la territorialisation des politiques publiques.

La Commune Urbaine d’Antananarivo fait partie des premières collectivités locales qui se dotent d’une politique Genre. Madame Jessica Lolonirina Nivoseheno, membre du Conseil Communal de la Jeunesse, affirme que « l’élaboration de la politique genre par la CUA doit devenir une référence au niveau National, car cette politique constitue un outil de développement ».

Monsieur Guy Razafindralambo, Directeur de Cabinet du Maire de la CUA, souligne d’ailleurs que cette politique genre est très importante pour la ville d’Antananarivo, qui compte des milliers de personnes : femmes, hommes, issues de différents milieux et catégories sociales. Pour qu’aucune personne ne se sente exclue, mais puisse bénéficier de manière inclusive au développement, nous avons besoin de mettre en place cette politique, qui rejoint aussi le Veliran’Iarivo du Maire de la ville”.

A cet effet, le draft du document de politique Genre de la CUA a été présenté le mercredi 15 septembre 2021 dernier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo pour avoir, dans un premier temps, les retours, remarques et suggestions de ses directions, de ses arrondissements, de ses conseillers municipaux.

Madame Bodo Robeliarisoa, Chargée de mission auprès de la CUA, considère que “le plus important dans cette démarche c’est la mise en place de l’égalité femme-homme, ensuite la possibilité pour les femmes d’avoir accès à des postes de décisions au niveau de la CUA, par voie de promotion interne ou de concours. Et enfin, pour permettre aux femmes enceintes, allaitantes, ou ayant des enfants en bas âge de continuer à travailler grâce aux dispositifs genrés insérés dans la Commune, à l’exemple des crèches ». Par ailleurs, Madame Lalatiana Ravololomanana, Conseillère Municipale et Présidente de la commission Bonne gouvernance, estime que « pour une gestion inclusive de la ville, nous avons besoin de cette politique Genre. Il est aussi important de rendre accessible au grand public la portée de cette politique Genre. A travers cette politique, nous pouvons constater les efforts du Maire dans sa démarche pour faire participer toutes les catégories sociales dans sa vision “Ny Tananantsika”.  

Dans un second temps, l’objectif de l’atelier a été de présenter le contenu de ce document politique auprès des partenaires techniques et financiers, éventuels collaborateurs de la CUA pour le volet Genre. Des premières réflexions ont été ainsi échangées sur le développement du Grand Tana et la prise en compte du Genre dans l’administration de la CUA, notamment pour le processus budgétaire et le cadre statistique.

Après validation, un lancement officiel sera prévu pour faire connaître au grand public les grandes lignes de ce document politique Genre de la Capitale de Madagascar.

Décentralisation et autonomisation des Communes, l’exemple d’Ankaraobato

Décentralisation et autonomisation des Communes, l’exemple d’Ankaraobato

 « Elaborer une loi semble souvent facile. Mais, son application relève d’un défi. Nous constatons qu’il devient de plus en plus difficile d’éduquer la population en matière d’hygiène à cause du manque de civisme et du non-respect des entités mises en place. Avant, les quartiers mobiles, la police communale et les présidents des fokontany étaient  respectés et occupaient une place prépondérante dans la communauté. Nombreux sont les problèmes résolus à leur niveau, sans l’intervention du Maire. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. » selon M. Herinjato Ramamenosoa, Maire de la Commune Rurale d’Ankaraobato et Yltpien.

De ce fait, une « table-ronde sur la promotion de l’hygiène, de la sécurité, et de l’ordre publics » s’est tenue ce 25 Août 2021 dans ladite Commune, avec la participation des autorités locales concernées, en les personnes du Maire et de ses collaborateurs, du Président du Conseil communal, des représentants de Fokontany, du Médecin-Chef du Centre de Santé de Base de niveau II, et des représentants du Commissariat central de Tanjombato.  Le Directeur de la coopération des Collectivités auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Mahazoasy Roger a également contribué en rappelant l’esprit des textes et instruments de la décentralisation. Les recommandations développées durant les interventions tendent vers l’autonomie de la collectivité dans l’organisation et la valorisation de ses ressources. Les questions de l’hygiène, de la sécurité, et de l’ordre public intéressant la plupart pour ne pas écrire toutes les communes de Madagascar, Mme Lova Rajaona, Maire de la commune rurale d’Antanifotsy  s’est aussi jointe à la table-ronde avec sa collaboratrice.

De droite à gauche sur la photo, la Maire de la Commune Antanifotsy et la conseillère communale Antanifotsy, Médecin chef CSB, la Présidente du Fokontany Ankadilalampotsy et le premier adjoint au Maire

La table-ronde a débuté par une visite des réalisations de la Commune, en termes d’infrastructures et d’assainissement.

Les interventions des experts se sont portés sur les thématiques suivantes : étude juridique pour la mise en place d’un système de promotion de la sécurité, de l’hygiène et de l’ordre public dans la Commune Rurale d’Ankaraobato ; la gestion de l’eau et l’organisation de l’assainissement et de l’hygiène publics ; la gestion des déchets communaux ; l’organisation et la gestion de la sécurité et de l’ordre public dans les collectivités.

Par ailleurs, de bonnes pratiques de gestion de déchets dans la Commune urbaine de Tuléar ont été partagées en visioconférence par l’équipe de la Welthungerhilfe : à l’exemple du musée du recyclage, de la collaboration avec l’association Green-Tsika des cyclo-pousses bennes collecteurs de déchets dans la ville de Tuléar.

L’équipe WHH a également partagé le projet PASSAT3, focalisé actuellement sur les appuis institutionnels en matière de gestion de déchet. A titre d’exemple, nous citons le Comité interministériel de gestion de déchets, l’élaboration de kit pédagogiques en gestion de déchets avec le Ministère de l’Education Nationale. Cette rencontre virtuelle a été une occasion pour les deux Communes présentes d’adhérer à la Plateforme Intercommunale de gestion de déchets. Elles pourront ainsi bénéficier des réseaux d’acteurs déchets actifs à Madagascar, d’une capitalisation des expériences communales en matière de gestion de déchets (identification des déchets types et leurs exploitations possibles).

L’organisation de la table-ronde a reçu l’appui de la Friedrich-Ebert-Stiftung, dont la vocation consiste justement à faciliter le dialogue et le réseautage entre différents acteurs afin d’encourager des initiatives de transformation inclusive et verte de l’espace vital. «  Ilaina ny fampihaonana tomponandraikitra tahaka izao, mba hahaizanay voafidimbahoaka manatontosa ny andraikitra napetraky ny vahoaka taminay , ary mitaky fampiharana mivaingana avokoa izay rehetra norantovina teto », dixit M. Randrianasolo Jean, Président du Conseil Communal d’Ankaraobato. Ainsi, à l’issue de cette table-ronde, la procédure de recrutement des agents de la police communale de la CR d’Ankaraobato sera lancée, suivie d’un processus de formation.

Le défis de l’hygiène à Antananarivo

Le défis de l’hygiène à Antananarivo

Nous mettons à votre disposition ici pour consultation et/ou téléchargement les livrables suivants :

 

Retrouvez ici également toutes les affiches, les panneaux ainsi que les spots relatifs au CMH. Vous avez ainsi la possibilité de les visionner/consulter à tout moment.

 

                                 

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Formation des cadres et des agents de la CUA sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH)

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) réalise une série de formations de ses cadres et agents sur le Code Municipal d’Hygiène (CMH) avec l’appui de la FriedrichEbert-Stiftung (FES).

Le mardi 22 septembre 2020 a démarré la première formation des cadres et formateurs de la CUA à l’hôtel de ville Analakely portant sur les modalités d’application de ce nouveau code. La formation est assurée essentiellement par trois Directions de la CUA, celle en charge des affaires juridiques, celle en charge de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, et celle en charge de la Police Municipale. En outre, la Cellule en charge de la Bonne gouvernance à la CUA, ainsi que la Direction territoriale du BIANCO Analamanga se pencheront particulièrement sur les questions de prévention de la corruption. Les facilitateurs dispenseront des sessions de développement personnel en matière d’accueil, de gestion de conflits et de méthodes interactives de formation.

Une vingtaine d’autres activités de formation et d’information à l’intention des acteurs locaux et des citoyens de la ville s’ensuivront durant les deux prochains mois. Ainsi les agents verbalisateurs issus de la CUA et d’autres entités en charge de l’ordre public y participeront. Les corps des métiers du transport, du commerce et de la manufacture, ainsi que les usagers des points d’eau auront également l’occasion de discuter du contenu et des procédures d’application du CMH avec les responsables de la commune.

Le Code Municipal d’Hygiène de la CUA date de 2013 et a connu des amendements cette année 2020, compte tenu du contexte de la pandémie de la COVID-19. Les principes d’hygiène et d’assainissement qui y sont développés se réfèrent à l’Arrêté n° 1268-SAN du 16 juillet 1960 fixant les conditions de fonctionnement du service de police sanitaire générale dans les communes. Les montants des sanctions sont fixés par le Budget primitif 2020 de la CUA, dont des exemplaires sont mis à disposition des citoyens au niveau des fokontany et des autres bureaux administratifs de la Commune.

Selon l’art. 93 de l’Arrêté Municipal n°826/13 du 27 août 2013, modifié et complété par les arrêtés municipaux n° 2109/20 du 12 mars 2020 et n° 260 du 25 mai 2020, portant Code municipal d’hygiène applicable dans le périmètre de la Ville d’Antananarivo, « Le respect des droits humains et du droit de la défense, ainsi que l’inviolabilité des propriétés individuelles restent le principe dans l’application du présent arrêté. »

Directeur de la Communication 
CUA

Renforcement de capacités des élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo

Renforcement de capacités des élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo

Dans le cadre de leur partenariat, la Friedrich-Ebert-Stiftung Madagascar (FES) organise à l’intention des Conseillers Municipaux nouvellement élus de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) un atelier de formation les 22 et 23 septembre 2020. L’ouverture de l’atelier de formation a eu lieu ce jour à l’hôtel Ibis Ankorondrano en présence de Monsieur Constantin Grund, Représentant Résident de la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung à Madagascar, de Monsieur Ralitera Andriamparany Guy, Président des Conseillers Municipaux de la CUA et des Conseillers Municipaux de la CUA.

Pour une bonne gouvernance : harmonisation entre l’organe exécutif et l’organe délibérant

Si les conseillers municipaux représentent également les électeurs en répondant aux besoins de la collectivité, d’une part, ils sont amenés à contribuer à l’élaboration de la politique municipale en votant le budget préparé par le Maire, et en décidant des services publics municipaux. D’autre part, l’organe exécutif représenté par le Maire et son équipe est en charge d’assurer le respect des lois et règlements et de proposer un plan de développement en mettant en exécution sa vision. Ces rôles bien distincts requièrent un dialogue ponctuel entre les organes et surtout le respect de la séparation des pouvoirs.

Des thématiques en adéquation aux besoins des conseillers municipaux 

La séparation des deux organes requiert un savoir et un savoir-faire appropriés, tant la complexité des problèmes à résoudre dans un contexte de rareté de ressources oblige à l’efficacité et à l’efficience. C’est dans ce contexte que la Commune Urbaine d’Antananarivo et la Friedrich-Ebert-Stiftung Madagascar compte mettre en œuvre des activités de Renforcement de Capacités des Responsables municipaux (Surtout les Conseillers d’Antananarivo). Les Conseillers Municipaux nouvellement élus se doivent d’être opérationnels à leur nouvelle fonction. La formation abordera des thématiques relatives au cadre juridique, au paysage institutionnel et tout ce qui concerne l’organe délibérant et l’organe exécutif dans le cas de la CUA. Le renforcement de capacité des Conseillers Municipaux va également se pencher sur les actes de la commune et leurs contrôles.

                                           

Lancement du Code Municipal d’Hygiène

Lancement du Code Municipal d’Hygiène

La Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et la FriedrichEbert-Stiftung (FES) s’accordent d’associer leurs efforts pour la modernisation de la Ville d’Antananarivo.

La matinée du jeudi 17 septembre 2020 a eu lieu la signature de la convention de partenariat à la Salle d’Apparat de l’Hôtel de ville, en présence de Monsieur Naina Andriantsitohaina – Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Son excellence Monsieur Michael Derus – Ambassadeur d’Allemagne à Madagascar, Monsieur Constantin Grund – Représentant Résident de la FES, le Général Angelo Ravelonarivo  – Préfet de Police d’Antananarivo et bien d’autres honorables invités.

En l’occasion, des donations ont été remises pour la promotion du Code municipal d’hygiène (CMH) auprès des habitants de la ville et de ses visiteurs :

  • 28672 supports d’information ;
  • une centaine d’unités de mobilier mis à la disposition du Bureau municipal d’hygiène pour ses activités de formation ;
  • 220 exemplaires du Budget de la CUA – Exercice 2020, consultables par les citoyens auprès des bureaux administratifs de proximité.

En outre, une vingtaine d’activités de formation et d’information sur le CMH seront réalisées à l’intention des agents de la CUA et des citoyens de la ville. Les élus municipaux bénéficieront également d’une formation sur leurs rôles et fonctions et un guide des élus est en cours d’élaboration.

Pour la Commune, l’hygiène et l’assainissement ont été au centre des défis durant ces dernières décades. La peste dans ses formes buboniques ou pulmonaires survient annuellement de manière sporadique ou en épidémie. Et la présente pandémie de la Covid-19 a augmenté de plusieurs crans la pression pour un système plus performant en matière d’application du CMH, se traduisant par des impératifs logistiques, des défis organisationnels et des changements de pratiques.

« Nous avons rêvé pour Antananarivo d’une ville propre, lumineuse, sécurisée, moderne et digne. Les citoyens d’Antananarivo ont trop longtemps vécu dans le désordre, la corruption, les embouteillages, les constructions illicites, l’insécurité et le non-respect de la loi. Il est temps de rétablir la fierté de notre ville, la Capitale de Madagascar » dixit, Naina Andriantsitohaina, Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo.